Contenu principal

TRAITEMENT DES NUISANCES

Protection contre le bruit

  • La voie remise en état est moins bruyante

    Protection acoustique - RFF Rémi HondierLes nouveaux équipements, qui ont été mis en place depuis fin 2013, ont permis de gagner 6 décibels par rapport au passé :
    - longs Rails Soudés = pas de chocs lors du passage des roues d’un rail à l’autre ;
    - traverses en béton avec semelle de caoutchouc = absorption des vibrations et du bruit ;
    - épaisseur de ballast plus importante = absorption des vibrations et du bruit.

    Par ailleurs, le remplacement des ponts métalliques par des ponts en béton contribue à faire diminuer le bruit d’environ 10 dB(A) au moment du passage des trains. Les anciens ponts étaient particulièrement bruyants, car le passage du train faisait entrer en résonance les rails et la structure métallique à laquelle ils étaient directement fixés.

  • Les seuils réglementaires seront respectés

    La réglementation impose de protéger les riverains si le niveau de bruit moyen est supérieur à certains seuils. Le projet de modernisation prévoit :
    - la construction de murs anti-bruit pour les groupes de maison ;
    - l’amélioration de l’isolation phonique des habitations plus isolées.

    Les seuils imposés par la réglementation sont garantis sur la durée de vie de l’infrastructure. Les riverains pourront demander des contrôles au maître d’ouvrage.

 

Protection contre les vibrations

A proximité immédiate de la voie (2m), les vibrations provoquées par le contact roue-rail sont perceptibles mais demeurent en dessous d’un seuil (4mm/s) qui ne présente pas de risque pour les bâtiments, même anciens.

 

Les personnes les plus sensibles pourront percevoir les vibrations jusqu’à 30 mètres de la voie ferrée. Au-delà, elles seront partout inférieures à 0,1mm/s, seuil au-dessous duquel elles sont considérées comme imperceptibles par l’homme.

 

En revanche, lors de travaux de voie importants, certains engins (bourreuses de ballast, surtout) provoquent des vibrations plus importantes. C’est pourquoi SNCF Réseau établit un diagnostic des bâtiments situés à moins de 20 mètres de la voie pour évaluer et traiter d’éventuelles dégradations.

 

Comment les études acoustiques sont-elles effectuées ?

Des mesures acoustiques sont effectuées sur le terrain pour caractériser l’ambiance sonore préexistante au projet et définir le niveau de protection à retenir. Par exemple, le pays de Bray est une zone calme ; la législation prévoit donc des protections élevées.

 

Puis une zone de plusieurs centaines de mètres de part et d’autre de la voie est modélisée en trois dimensions afin de pouvoir étudier la propagation du bruit. A partir de ce modèle, le niveau de bruit qu’impliquerait la circulation des trains est calculé en intégrant les caractéristiques de l’infrastructure (tracé, profil en long et en travers, déblai/remblai, pente, qualité des rails, des traverses et du ballast, présence d’ouvrages d’art, vitesse des trains...) et de l’environnement (relief, nature du sol, météo…).

 

Pour effectuer ces calculs, on surestime le bruit afin de garantir une marge de sécurité aux riverains.